Enruchage de l'essaim.

 

Superbe essaim ! En fait son accés était facile, la nature a été clémente pour ma première capture !

 

 

Une fois arrivé dans l'Yonne, il a fallu enrucher l'essaim qui avait passé une nuit dans ma cave, au frais, porte de la ruchette fermée, mais avec tous les orifices d'aération bien dégagés.

Pour enrucher un essaim, encore une fois rien de bien compliqué avec cette ruchette hyper pratique.

Je prépare une ruche avec des cadres gauffrés, je prévoie le nourrisseur afin de leur donner toutes les chances de leur coté, d'autant qu'elles ont fait 150 Km de voiture.

Je pose la ruchette sur la ruche ouverte, je retire son plancher et j'enfume. Tout le monde descend.

 

 

Contrôle des cadres de la ruchette : surprise, il y en a un qui est déjà construit sur une face. Je le prends et le met au centre de la ruchette, afin que les abeilles puissent le terminer.

Nous n'avons toujours pas vu sa majetée !

 

 

Je place le nourrisseur que je le remplie de sirop de sucre, j'ouvre l'abreuvoir : superbe les abeilles l'ont trouvées aussitôt et semblent se délecter.

 

Bien entendu, en vidéo, c'est encore mieux !

 

Une pesée avant et après transfert de l'essaim dans la ruche m'a indiqué que cet essaim pesait environ 2 Kg soit environ 20.000 abeilles.

Maintenant, il convient de lui apporter tout son amour pour qu'il puisse prospérer et conduire à un produit rare :

 

du miel Trappiste de Bourgogne.

 

Page précédente

Page suivante